Travailler à Paris et vivre en Banlieue

Vivre à Paris ou pas ? La grande question que se posent tant de travailleurs de la capitale. Certains aiment profondément cette ville et son mouvement incessant. D’autres ne supportent pas son brouhaha et son stress permanent. Qu’on y soit accros ou pas, Paris reste la ville économique par définition, où les chances de développer sa carrière en France sont amplifiés.

Certains l’on bien saisit, mais ne souhaitent pas pour autant mettre de coté leur confort. En effet, célibataires ou en famille, ils ont choisi de vivre en banlieue et profiter d’un bien plus spacieux à un prix plus abordable.

A 18 ans on a qu’une idée en tête, s’installer à Paris ! Mais à 28 quand on rend visite à un ami qui fait un barbecue dans son jardin au premier rayon de soleil, on se demande pourquoi payer 10 ans de loyer pour un studio, quand on aurait pu avoir un appartement avec terrasse ? Puis on creuse un peu plus et les questions fusent dans notre cerveau se contredisant sans cesse… Tant d’avantages et d’inconvénients qu’on ne sait même plus où donner de la tête.

A la trentaine on se dit tout d’abord qu’on n’a pas envie de se retrouver loin de tout. Rapidement la banlieue est synonyme de campagne. Puis les réveils difficiles nous font prendre conscience qu’un peu de calme ça fait pas de mal. Surtout si la chambre donne sur la rue et que les éboueurs très matinaux nous tirent de notre lit sans scrupule. Si on a de la chance, les bars du quartier n’ont pas eu beaucoup de monde donc pas de chant nocturne sous sa fenêtre. On se rend évidement compte qu’on en faisait parti, mais que c’est peut être une page tournée sur une adolescence bien vécue et rallongée.

D’un côté Paris, y vivre, y travailler, profiter des sorties, loisirs et envies nocturnes, du brunch du dimanche et flâneries dans le Marais, tarder un peu et rentrer en velib… bref toutes ces choses qu’on fait si souvent quand on est parisien et qu’on a un loyer qui ne nous prend que la moitié de notre salaire ! Sérieusement ? Oui on a tous fait ça. Mais aujourd’hui ? L’envie de mettre 15€ de taxi chaque vendredi  après un cocktail a 12€  avant d’être réveillé samedi matin par les voisins, les klaxons, les sirènes, les travaux est-elle la même ?

Avec le projet du « grand Paris », les problématiques du transport sont revues à la baisse. Effectivement, vivre a Fontenay sous Bois quand on travail à la Défense, n’est il pas plus avantageux que de vivre au cœur de paris et faire plusieurs changements matin et soir ? Ou tout simplement à Courbevoie et aller au travail à pied, que de vivre à 3km et faire 3 changements ?

Mais on est jamais à l’abri d’une grève des transports vous me direz ! Super excuse pour rater une journée de travail. Mais quand on a des enfants à récupérer à la garderie, c’est un peu la galère ou la ruine ! Prendre un taxi en urgence pour ne pas laisser son enfant abandonné, reviendrait au prix d’un billet d’avion Transavia pour la Tunisie ! Hé oui parce que statistiquement, un enfant arrivera probablement. Donc une chambre en plus pour le bout de chou. Déjà que ce n’est pas facile de trouver un deux pièces à Paris mais 3 pièces avec le même salaire, c’est un peu compliqué. Evidement si on compte travailler il faudra prévoir la nounou (moins cher en banlieue) qui coute quand même un bras bien qu’une partie soit déduite des impôts.

Toutefois, vivre en banlieue n’est pas synonyme de famille. Effectivement, en louant une maison à plusieurs, on économise. Jeune cadre dynamique en collocation en banlieue ce n’est pas si rare en France bien que le modèle soit plutôt américain.

Que le choix se porte sur l’une ou l’autre option, les prix ne cessent de grimper donc investir en banlieue finalement et changer d’avis plus tard, peut tout de même vous apporter une plus-value.

S.Kaouel pour Vente Flash Immobilier

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.